hiver

hiver

jeudi 25 octobre 2012

Le 1er objet que j'ai fabriqué

Dans la série des premières fois, cette semaine, on parle du premier objet que l'on se souvient d'avoir fabriqué.

Le premier truc qui me revient en mémoire, c'est un petit tricot que j'ai fait à l'école, en 1ère année primaire (CP, pour les Français).
Dans mon enfance, dès la 1ère année, les garçons avaient des heures de travaux manuels, et les filles des heures de couture et autres travaux d'aiguilles. C'est fou quand même, bonjour la parité !
Ces récits des premières fois me donnent un peu l'impression d'avoir vécu mon enfance dans des temps bien reculés !!!
(Non, même pas vrai que je suis vieille, d'abord...).
Bref, me voilà à 6-7 ans, à ma table, en train de tricoter ce qui doit finir par devenir une "patte à casse" ou "patte à marmite", comme on dit chez nous. On me souffle dans l'oreillette qu'en français de France, on peut appeler ça une manique.
Je sais déjà un peu tricoter, c'est ma sœur ainée qui m'a appris à la maison.
Mais là, les choses ne se passent pas très bien. J'ai perdu des mailles, il y a des gros trous dans mon ouvrage. Et comme je suis d'une timidité maladive, je n'ose pas me lever pour aller montrer mon travail à la maîtresse, comme le font les autres enfants. Je préfère essayer de me débrouiller toute seule et malheureusement je ne fais qu'empirer le désastre. Mais la maîtresse finit par remarquer ce qui se passe et me sermonne un peu. Elle est plutôt gentille, cette  toute jeune maîtresse, et elle ne se fâche pas pour de vrai. En quelques minutes, elle tire les aiguilles, défait le méli-mélo de laine, et rattrape rapidement les quelques rangs perdus. Mais moi je suis mortifiée (maudite timidité!). Et je m'applique d'autant plus pour terminer mon tricot sans plus faire de fautes.
Et je l'ai terminée, cette fameuse patte à casse. Puis je l'ai offerte à ma maman, sans doute pour la fête des mères. Elle ne devait être ni très jolie, ni très isolante, mais ma maman l'a utilisée et usée, si bien qu'elle n'existe plus !

13 commentaires:

  1. Réponses
    1. :o)
      Hihi, je suis presque attendrie moi aussi de me rappeler la petite fille que j'étais alors !

      Supprimer
  2. *** Coucou et merci pour ce récit de première fois ! :o)
    Je t'imagine à 6 ou 7 ans à ta table en train de tricoter une manique ... ce qui est chouette c'est que t'a maman s'est beaucoup servi par la suite de ce premier objet que tu avais fait de tes petites mains... jolie première fois en tout cas !!!! Merci pour ce partage Loulou !!!!
    GROS BISOUS à toi et bonne fin de semaine ! :o) ***

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma maman ne faisait pas beaucoup de sentiments mais le fait d'avoir utilisé mon cadeau devait finalement dire quelque chose :o) !!!
      Bonne fin de semaine à toi aussi Nancy !
      Je suppose qu'elle sera festive en l'honneur de ton chéri :o) ! Profitez-en bien !!!

      Supprimer
  3. Une patte à casse!!! Comme c'est poétique! Chez moi on disait une "manouque" ce qui faisait beaucoup rire Gilles. Tout comme la "wassingue" et la "main éponge".
    C'est émouvant de sentir encore ta gène de ne pas réussir seule, de devoir demander de l'aide... Et d'imaginer ta maman utiliser son cadeau avec fierté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici, les wassingues s'appellent des panosses et les mains-èponges... des éponges :D !
      (j'ai du chercher sur le net pour savoir de quoi il s'agissait précisément !)

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Oh que oui !
      Et c'est loin d'avoir totalement disparu !

      Supprimer
  5. ça me rappelle des souvenirs, j'ai passé par le même programme que toi, les pattes à marmites, j'ai sué dessus je ne te dis pas, et les mailles qui filaient et puis au bout de la ligne il fallait tourner l'ouvrage, ben oui..., et hop je ne savais plus s'il fallait tricoter la dernière ou la première de l'autre côté, ça terminait mal... au pupitre de la maîtresse qui était très méchante avec nous. Elle me faisait tricoter à genoux sur une buche... n'importe quoi ! ça ne m'a pas dégoûté du tricot pour autant, car bien plus tard j'ai fait de très beaux pulls et autres choses en tricot !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Argh ma pauvre, tu étais tombée sur une véritable tortionnaire :o( !!
      Tant mieux qu'elle ne t'ait pas dégoutée du tricot.
      J'aimais bien aussi mais j'ai rarement eu la patience de tricoter un pull d'adulte en entier.
      Par-contre les poupées de mes filles étaient chaudement habillées :D !

      Supprimer
  6. Quand j'étais à Erlach, on avait aussi la couture alors que les garçons avaient les travaux manuels... Je trouvais ça dingue, en 2000 et quelques.

    Tes souvenirs sont trop mignons ! Je t'imagine tout à fait :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. O_o
      Je ne me souvenais pas que tu avais encore connu cette différence stupide... Mais c'était chez les Bernois, ça explique tout, il leur faut un peu plus de temps ...
      :D

      Supprimer
  7. Je viens de lire Pinky et le coup de la buche me fait frémir. Joliment racontée cette première fois sinon.

    RépondreSupprimer