lundi 2 août 2021

K des vacances

 

K comme kif

 

Quel kif, après avoir marché/visité/crapahuté toute la journée de se poser sur une terrasse pour se reposer et admirer l'océan!
Le Nini commande une limonade ou un jus de fruit (c'est lui qui conduit et il est très raisonnable) et moi une bière. Et systématiquement, le serveur ou la serveuse donne la bière à monsieur et veut me faire boire de la limonade (beurk).
En Suisse, France, Canada, Portugal, à la ville comme à la campagne, ça ne rate jamais!


dimanche 1 août 2021

T comme trempette

 

Je chamboule quelque peu l'ordre de l'alphabet pour ma participation au projet photo de Virginie
Et pour une fois, je crois que je suis dans les temps!
(Pardon Virginie, j'ai souvent posté un peu tard ces dernières semaines, mais mes photos sont là! ;-))
 
Pendant nos vacances à Madère, nous avons eu de nombreuses occasions de faire trempette, sans pour autant beaucoup en profiter. J'aime être au bord de l'eau mais ne ressens pas forcément le besoin de m'y immerger!
Il y avait les piscines des hôtels, quelques plages de galets ou de sable noir, les piscines naturelles aménagées dans les rochers...
 
 
 




 
 
 
Mais là où j'ai vraiment eu envie de me baigner, c'est sur la petite île de Porto Santo où nous avons passé nos deux derniers jours de vacances. L'air était si doux, l'océan turquoise si beau, si calme, si apaisant, que je n'ai pas hésité.
Quel bonheur que ces deux baignades-là!
J'ai adoré la sensation de l'eau juste fraîche comme il faut sur ma peau, nager vers l'horizon puis me laisser porter par les vagues pour revenir, contempler le ciel en faisant la planche...
J'ai chaque fois eu de la peine à en sortir, prolongeant au maximum ces moments délicieux.
Je devrais peut-être essayer plus souvent!
Mais je doute de retrouver chaque fois un tel sentiment de plénitude.



N'hésite pas à ne garder que celle-ci Virginie, les autres ne font que de la figuration!

 
 
 



J comme jardin botanique

 

Madère est souvent appelée l'île aux fleurs, un titre qui n'est pas usurpé.
Elles sont partout!
A Funchal, il y a en plus le jardin botanique qui rassemble des espèces du monde entier. 
Deux téléfériques pour y arriver. Pauvre Nini et son vertige!
Moi qui aime les plantes et les fleurs, ce genre d'endroit, c'est un parc d'attraction.
J'ai donc beaucoup aimé m'y balader, observer, et bien sûr photographier.
 
 


 











 
 

samedi 31 juillet 2021

Ghi des vacances

 G comme grandiose

 
Telle cette vue depuis la pointe orientale de l'île (Ponta de São Lourenço).
Et merci au petit martinet (Apus unicolor) d'avoir bien voulu passer dans le champ au moment du déclenchement!
 




H comme histoire




Ce bateau est, paraît-il, la réplique parfaite de la Santa Maria, le galion qu'utilisa Christophe Colomb lors de sa folle expédition vers les Indes. 
Là son rôle est moins prestigieux, il promène quelques touristes le long de la côte madérienne. 
Quoi qu'il en soit, Colomb avait des liens étroits avec l'île, puisque il épousa la fille du gouverneur de l'époque. On peut même voir, sur la petite île de Porto Santo, la maison où ils ont vécu.



I comme insulaire

Ça doit être particulier de naître et de vivre sur une île.
Et je ne parle même pas de la petite sœur, Porto Santo, encore 20x plus petite.
Lors d'une conversation très gaie avec un serveur de restaurant qui nous vantait les beautés de la Suisse (il s'avère qu'il a travaillé plusieurs années dans une petite ville toute proche de chez nous!), je lui rétorquais que son île, question beauté, n'avait rien à nous envier.
- Oui oui, bien-sûr! Mais quand même ici, c'est tout petit...





vendredi 30 juillet 2021

Def des vacances

 

D comme décor

Les beautés de l'île de Madère sont innombrables.
C'est un caillou de 750 km² d'origine volcanique, extrêmement verdoyant, avec de hautes montagnes, des falaises, creusées de vallées, qui plongent dans l'océan.
Et puis,  grâce à son climat subtropical, des forêts et des fleurs, beaucoup de fleurs.
Bref, un décor époustouflant!









E comme étrange

Oui étrange, ce besoin qu'ont certaines personnes de laisser leur nom là où elles sont passées, quitte à dégrader une œuvre d'art, un bâtiment, ou même, comme ici, à blesser les plantes du jardin botanique de Funchal!




F comme Funchal
 
- Oh non, mais qu'est-ce qu'on est venus faire ici?
C'est ce que je me suis dit en arrivant tard le soir à Funchal, la capitale de Madère, après une longue journée de voyage. Une ville de plus de 100'000 habitants, où vit la moitié de la population de l'île.
Et puis au réveil, en allant me balader dans les petites ruelles du centre, j'ai changé d'avis.
Hormis la circulation incessante sur les artères principales, je l'ai trouvé agréable et jolie.

les portes peintes du vieux quartier



le mercado dos Lavradores (devenu marché pour touristes)


Les pieds dans l'eau d'une large baie, la ville part quasi directement à l'assaut des montagnes, s'accrochant de manière spectaculaire aux pentes raides.
Il y a même un téléphérique pour rejoindre Monte, un quartier tout en haut de la ville (nous on appellerait ça des télécabines, exactement les mêmes que celles qui nous conduisent sur les pistes de ski des alpes!).
 


 

 

Abc des vacances

 
Une semaine déjà que le Nini et moi sommes rentrés de vacances. Nous avons passé dix jours hors du temps sur l'île de Madère, au milieu de l'Atlantique.
Si je ne raconte pas maintenant, je ne raconterai rien, je me connais!
Mais il y a tellement de souvenirs et de photos que pour y mettre un peu d'ordre, je vais une fois encore me servir de l'alphabet. En plusieurs fois pour que ça soit plus digeste (enfin je l'espère!).
C'est parti!

A comme agapanthes

Sur les bords des routes, dans les jardins, en pot sur les terrasses, en vase pour décorer hôtels et tables de restaurants, bleues ou blanches, à peine écloses, en pleine floraison ou déjà fanées, elles sont partout!
 

 



 
B comme bonheur

Partir à deux avec mon amour, rire du matin au soir de ses pitreries, découvrir des endroits d'une grande beauté, voir l'océan, ne s'occuper que de soi, manger quand on a faim, s'arrêter quand on le souhaite, parcourir routes et sentiers au gré de ses envies... la liste n'est pas exhaustive.
Ce sentiment de plénitude, de bien-être, d'émerveillement, de joie et d'amour qui gonfle le cœur, est-ce que c'est ça le bonheur?





C comme culpabilité

Il y a eu, avant le départ, la culpabilité de partir en pleine pandémie, de prendre l'avion, de laisser derrière soi famille et difficultés du quotidien.
La petite voix qui dit que ce n'est peut-être pas raisonnable, pas le bon moment. 
Et puis, en fin de compte, ne rien regretter ! 
(cf la lettre B)

dimanche 25 juillet 2021

Mon arbre en été

 

 

Après la version printemps et hiver ici, voici à quoi ressemblait le lilas ce 25 juillet au matin.
Il a plu et je me suis mouillé les pieds pour en capturer quelques gouttes.
Un été pluvieux, c'est rien de le dire! 
La pluie ne me dérange pas, souvent même je l'apprécie. 
Enfin... quand elle ne provoque pas des catastrophes comme ces dernières semaines ici et encore pire ailleurs!


 
 

30
Un arbre en été


Quelques jours à la montagne

 

J'ai passé quelques jours à la montagne, quatre pour être précise, avec mes amies marcheuses comme à chaque début de vacances d'été depuis quelques années.

Une météo un peu pluvieuse, ça n'étonnera personne en ce mois de juillet!
On s'est fait tremper quelques fois, on a bien pataugé dans la boue par moment (ça complique la progression, il faut faire attention à chaque pas et cela n'a pas suffit à empêcher quelques glissades!) et on a même pris le bus à un moment pour ne pas se retrouver juste sous l'orage (une première!).

Mais quel plaisir d'être sur les chemins et les sentiers (être mouillée ne le diminue en rien, ou alors si peu), et quelle beauté!
Je crois que je n'avais jamais vu une flore aussi exubérante, riche et variée.