mercredi 13 décembre 2017

Souvenirs de décembre



Décembre en est déjà presque à la moitié et je n'en ai encore rien raconté ici.
Pourtant je m'étais promis d'être un peu plus régulière.
Parce que souvent ce blog sert de béquille à ma mémoire.
Je me souviens de certaines choses  parce que j'ai pris la peine de les décrire ici. Ou alors je viens y rechercher des précisions, une date, un nom de lieu, etc.

Pour ces deux dernières semaines, dans ma boîte à souvenirs du oueb, je pourrais mettre ...

- le 59ème anniversaire du Nini, fêté avec toute la smala autour d'une fondue.

- les visites de nos petits-fils qui à un, deux ou trois, avec parents ou sans, pour quelques heures, une nuit, tout un week-end, sont venus squatter la maison et y mettre leur joyeux bazar

- des chutes de neige en tempête, à plusieurs reprises, chaque fois suivies de la pluie qui s'est appliquée à transformer la poudre étincelante en bouillasse infâme

- et au jardin d'enfants, des petits élèves qui comptent double, si ce n'est triple, pour cause de fatigue,  neige, Saint Nicolas, Noël, ...













jeudi 30 novembre 2017

Froid et piquant



Après trois jours à me trainer la tête dans le brouillard et la gorge en feu, j'ai réussi à me débarrasser de ce fichu virus.
Ça tombait bien, on était jeudi, le jour de la balade avec les copines.
Une température très légèrement sous zéro, un petit vent qui pique les joues, un soupçon de blanc sur la forêt, un temps extra pour s'aérer la tête et retrouver les sensations de son corps !





Couture


Pendant les heures grappillées ici et là, à la flemme, à la glandouille sur le net, au sommeil, j'ai fait un peu de couture.
Des petites choses pour la boutique de Camila et Diego, dans l'optique de réduire le gaspillage.
Des mouchoirs en coton bio, des petites serviettes pour les enfants, des lingettes démaquillantes éponge/coton dans leur panier en tissus ...
J'aime bien, c'est plaisant de faire quelque chose de ses mains, et motivant de pouvoir donner un coup de main à mes jeunes entrepreneurs.

J'ai chaque fois oublié de prendre des photos avant livraison, sauf pour le dernier panier à lingettes.
Alors si tu veux voir, ça ressemble à ça :






vendredi 24 novembre 2017

Dans la nuit


Vendredi il y a trois semaines, au volant de ma petite voiture, je rentre tranquillement chez moi en début de soirée.
Les virages de la route qui monte au village, depuis presque 30 ans que je les pratique, tu penses bien que je les connais comme ma poche (bon parfois, au fond de ma poche, je retrouve des trucs dont je ne connais pas trop l'origine, mais là n'est pas le propos !). Donc je rentre chez moi, sans stress. De toute façon quand il fait nuit, je ne vais jamais très vite.
Tout à coup, dans le faisceau de mes phares, une silhouette en mouvement, noire et massive, deux petits yeux brillants... Pas vraiment le temps de freiner, juste celui de crier, et c'est le choc.
Un sanglier ! Le cœur battant, je m'arrête. Sans sortir de la voiture, je me retourne et ne vois rien que la nuit. Un autre véhicule arrive, me dépasse comme si de rien n'était. Bon l'animal n'est pas sur la route. Mais le choc a été violent, il n'est sans doute pas indemne. Toute tremblante, je rentre à la maison qui n'est qu'à deux ou trois minutes de là. Ma voiture est borgne et fait un drôle de bruit, mais elle roule.
Le garde faune à qui je téléphone tout de suite part à la recherche de l'animal. Il ne le retrouvera que le lendemain, en y retournant avec son chien : un sanglier mâle de 65 kilos, mort.
La triste fin de cet animal m'a un peu perturbée et le souvenir de l'accident m'est revenu quelques fois pendant la nuit.
Et depuis, dès que la nuit tombe, je scrute les fourrés du bord de route dans la crainte de voir surgir un animal ...






jeudi 23 novembre 2017

Fenêtres



Ma maison est ouverte aux quatre vents.
Tout ça parce que ses 14 fenêtres doivent être changées. Les anciennes ont un peu plus de vingt ans et ont la fâcheuse tendance à laisser passer pluie et courant d'air. :p
Pour le moment la météo est plutôt clémente, mais quand même je me demande si c'était raisonnable de programmer ce genre de travaux à la fin du mois de novembre !


mardi 21 novembre 2017

De saison



Depuis quelques jours, Petit Mammouth n'est pas au mieux de sa forme.
Il a le nez qui coule, les yeux larmoyants, les joues un peu trop rouges. Peut-être un peu mal à la gorge aussi.
Rien de bien original  en cette saison. Mais le petit est partageur. Et à force de solliciter ses parents le jour comme la nuit, il a fini par leur refiler ses virus.
Alors c'est la mamie qui a gardé le petit ces deux derniers jours pour permettre au moins malade des parents d'aller ouvrir le magasin et à l'autre de récupérer un peu (ils ont eu chacun leur tour !).
Et même si je n'ai plus de bras (il n'est pas très épais, mon petit mammouth, mais à la longue il pèse quand même !), j'ai beaucoup aimé avoir ce petit rien qu'à moi pendant ces quelques heures.








Ce soir, on a regardé le ciel flamboyant et la lune.
Ça lui a beaucoup plu je crois. 
Et à moi aussi !

^_^


L'arbre des sommets






N'est-il pas incroyable, cet arbre ?
C'est le dernier avant le sommet.
Plus haut, il n'y a plus que de la prairie. Quelques dizaines de mètres plus bas, ses congénères de la forêt s'entraident en se serrant les uns contre les autres.
Mais celui-ci a réussi à monter plus haut.
Depuis des années, il lutte contre les intempéries et comme le roseau de la fable, il plie mais ne rompt point.
Il est pour moi l'image de la persévérance et de la rage de vivre
Je ne sais aller là-haut sans le photographier !


vendredi 17 novembre 2017

Vivent les jeudis



Avec mes copines marcheuses du jeudi, je suis enfin allée voir la neige.
Bon, il n'en restait pas beaucoup.
Mais monter au sommet a été un vrai bonheur.
Le plateau suisse sous sa couverture de brouillard, la ligne des alpes à l'horizon, et le plaisir toujours intense de mettre un pied devant l'autre et de s'élever lentement et sûrement au dessus de la grisaille, rien de mieux pour s'aérer la tête et trouver la vie belle.







Bordu


Je ne vais pas très souvent en ville.
Ça me fatigue, il faut prendre la voiture, se coltiner au mieux quelques ralentissements, au pire de vrais embouteillages, trouver un parking, affronter la foule, etc.
Je préfère de loin ma campagne.
Mais depuis quelques mois, j'ai une fille et un beau-fils qui y ont ouvert une épicerie. Alors régulièrement je vais les voir, et j'y fais quelques courses avec plaisir.

Et puis aller en ville, c'est avoir l'occasion de faire un petit détour pour voir le lac.
C'est si beau !






jeudi 16 novembre 2017

A l'affut


A l'altitude du village, la neige a fondu mais le froid n'a pas disparu avec elle, bien au contraire.
Une bise glaciale fait rougir les joues et couler les nez de mes élèves.
Au jardin, des tas d'oiseaux piaillent dans les buissons et se disputent la nourriture. Je remplis la mangeoire quotidiennement, et en quelques heures, pffft, tout disparaît. Les sachets d'oléagineux durent un peu plus longtemps.
J'aime toujours beaucoup me mettre à l'affut des zoziaux, les écouter, les observer.
Quel raffut, et quelle compétition pour attraper sa part de nourriture.
De temps en temps, j'arrive à prendre quelques photos pas trop floues.








mercredi 15 novembre 2017

Première neige






Ce début de semaine, la première neige est arrivée.
Le temps d'un matin, elle a mis au paysage le petit coup de blanc qui embellit tout.
Si chez moi elle a vite disparu, elle est encore bien présente sur la montagne juste au dessus. Mais je n'ai pas encore eu le temps d'aller m'y promener.
Ou peut-être devrais-je dire que je ne l'ai pas pris, ce temps qui court et que je vois me filer entre les doigts avec le sentiment de me pas l'avoir utilisé au mieux.
Je n'aime pas trop ces périodes où la fatigue et la flemme prennent le dessus et me laissent avachie sur mon canapé.
Allez ! Aujourd'hui je me secoue !
Ne serait-ce que pour revenir un peu plus régulièrement écrire ici les riens qui font mon quotidien.


mardi 7 novembre 2017

Islande


Bien-sûr il y a eu le spectacle magique des aurores boréales, mais ce qui m'a aussi beaucoup touché en Islande, c'est la beauté sauvage de la nature et des paysages.
Les champs de lave, les landes balayées par le vent, les montagnes/volcans que l'on sait à peine assoupis, les rivières qui se jettent en cascade du haut des rochers, les sources bouillonnantes à l'odeur de soufre. Et puis l'océan évidemment, avec ses rochers abruptes et ses plages de sable noir.
Tellement de merveilles qui parlent à mon cœur !
J'en ai rapporté des centaines de photos, pas toujours très réussies, parfois attrapées tout en roulant à travers la vitre de la voiture.
En voici quelques unes :


































mardi 31 octobre 2017

Aurores boréales




La première fois que j'en ai entendu parler, je devais avoir 6 ou 7 ans, et c'était dans un album de Petzi. Je ne comprenais absolument pas de quoi il était question, mais j'étais bien sûre de ne pas avoir appris ça à l'école !

tiré de Petzi au pôle nord, de Hansen

Alors c'est une histoire de vent solaire, de pôle magnétique terrestre, de particules chargées qui s'y font piéger, de gaz rares dans la ionosphère...
Pour les détails et l'organisation précise de tout ça, faut demander à plus savant que moi !
Mais avoir la chance de voir des aurores boréales pour de vrai, comme ça a été le cas la semaine dernière en Islande, c'était extraordinaire, magique ! 

Les photos sont celles de mon amie Margrit. Mon appareil n'a rien voulu savoir et s'obstinait de ne capturer que du noir ! Ou alors c'est moi qui n'ai pas su l'utiliser.
Mais regarde, c'est beau n'est-ce pas ?


















Islande



L'Islande, une destination qui me faisait rêver depuis plusieurs années déjà.
Et voilà qu'il y a quelques semaines arrive la proposition alléchante de ma voisine :
"Avec M et S, on y va en octobre, on aimerait voir les aurores boréales. Tu viens aussi ?"
Ohhh, comme c'est tentant !
Bon c'est aussi hors vacances scolaires, ça complique un peu...
Mais OSEF, l'occasion est trop belle !
C'est comme ça que la semaine dernière, avec quatre copines, je me suis envolée pour l'Islande.




Un voyage merveilleux,
un pays de superlatifs,
et de très très chouettes moments partagés avec les copines.

Et c'est encore meilleur quand on fait l'école buissonnière  ^_^  !




mardi 17 octobre 2017

Torrée



Quand il fait beau comme cette dernière fin de semaine, l'activité favorite des neuchâtelois est d'aller pique-niquer sur les hauts pâturages jurassiens.
Une torrée, ça s'appelle, et c'est une tradition incontournable de l'automne.
Pour ça il te faut :
-  ameuter quelques amis pour t'accompagner
-  acheter un saucisson neuchâtelois, l'emballer dans des feuilles de chou, puis le ficeler dans du papier journal
-  prévoir quelques patates, des salades, et tout ce qu'il te plaira pour accompagner
-  ne pas oublier les bouteilles pour l'apéro et le repas
-  trouver un joli coin de pâturage sans trop de beuses pour pouvoir y étaler ta couverture
-  envoyer les mômes chercher du bois sec (tu t'y colles aussi sinon tu n'es pas sûre de pouvoir manger le jour-même !)
- faire un bon feu de bois, attendre qu'il y ait assez de braises (c'est là que la bouteille de l'apéro entre en jeu), et glisser dessous le saucisson et les pommes de terre pendant une bonne demi-heure avant de pouvoir le déguster.

C'est ce que le Nini et moi avons fait ce week-end.
Toutes les conditions étaient réunies : ciel bleu, douceur, copains, pâturage, feu de bois, Oeil-de-perdrix, ...
Tout était parfait, à un détail près.
Notre saucisson bien emballé était resté dans le frigo de la maison !