mercredi 15 janvier 2020

Des chiffres et des lettres


Je n'ai jamais compris qu'on oppose quasi systématiquement matheux et littéraires.
Est-ce qu'il faut obligatoirement choisir entre les deux?
Ce clivage semble relativement moderne. Pendant longtemps, la pensée et la science ne s'opposaient pas. Les grands hommes étaient à la fois philosophes, scientifiques, poètes.
Si les deux cerveaux, le gauche analytique et logique, et le droit intuitif et créatif, fonctionnent aussi bien l'un que l'autre, tant mieux!
De mon côté, je ne suis pas un grand homme (ni une grande femme ;)) mais j'ai toujours bien aimé les deux. Et même si j'ai un penchant un peu plus marqué pour ce qui est littéraire, j'aime aussi les maths. Sans en avoir fait à un niveau élevé,  j'y ai toujours trouvé un ordre apaisant et une beauté parfaite, fascinante.

Ces hautes pensées philosophiques (haha) me sont venues ce matin en écoutant une émission de radio.
Jérôme Gavin, un mathématicien, y parlait des propriétés étonnantes du chiffre 2020.
Alors si ça t'intéresse, sache que tout nombre est la somme de 4 carrés (théorème des 4 carrés de Lagrange),  mais 2020 fait mieux. Il est la somme des carrés de 4 nombres premiers consécutifs.
Ça en jette tout de suite plus, non?
Et sinon, 2020 est aussi un nombre autobiographique.
En mathématique, un nombre  autobiographique ou autodescriptif est un entier naturel dont le premier chiffre indique le nombre de 0 qu'il contient, le deuxième chiffre le nombre de 1, etc., en respectant l'ordre numérique.
Tu suis ?
Donc dans 2020, il y a 2 zéros, 0 un, 2 deux, 0 trois.
Voilà voilà.
Depuis l'an 1, il n'y a eu qu'une autre année qui a eu cette propriété. Monsieur Gavin n'a pas voulu nous dire laquelle, histoire de nous laisser le plaisir de chercher.
Je savais que je n'aurais pas la patience de le faire, alors j'ai demandé à internet.
Mais de savoir que certains le font, ça me plaît !







dimanche 12 janvier 2020

La leçon de photo : la règle des tiers



En photographie, la règle des tiers veut qu'une image se divise en neuf parties égales, séparées par deux lignes horizontales  et deux lignes verticales, les éléments importants de la composition devant être placés le long de ces lignes ou à leurs intersections.
C'est une règle que j'ai apprise en cours de photo ... et que j'applique parfois quand je ne l'oublie pas!
Je suis donc allée rechercher dans mes fichiers pour sortir une des dernières photos où elle avait été plus ou moins appliquée.
J'ai trouvé celle-ci, prise par une belle après-midi de décembre alors que j'étais partie seule à la recherche du soleil et de la neige. Comme tu peux le voir, j'avais trouvé les deux.
Un très très bon moment !
:)



semaine 2
La leçon de photo : le cadrage (la règle des tiers)
 




samedi 11 janvier 2020

Oiseaux




J'ai toujours beaucoup aimé les oiseaux. J'adore les entendre pépier/chanter/siffler dans les arbres et observer leur ballet dans les airs. Mais je ne les connais pas très bien.
Comme je n'ai pas une très bonne vue, qu'ils ne tiennent jamais longtemps en place et s'esquivent à la moindre tentative de rapprochement, je trouve leur observation difficile.


Alors l'hiver, c'est une joie de les voir d'un peu plus près en leur proposant de la nourriture.
Je suis d'accord avec ce qu'en dit Moukmouk, mon ours polaire préféré, dans ce billet. Même si je sais que c'est avant tout pour mon plaisir que je remplis la mangeoire,  j'ai quand même un peu l'espoir d'en aider quelques uns à passer l'hiver...


Imagine mon dépit lorsque j'ai appris, il y a quelques semaines, que les boules de graisse "spécial mésanges" (comme celle de la photo ci-dessus) que j'achetais chaque année en complément des graines étaient fortement déconseillées. D'une part, elles peuvent se révélées dangereuses car les oiseaux peuvent rester piégés dans les mailles du filet (ça, par chance, je ne l'ai jamais constaté chez moi). Et d'autre part, des études récentes  démontrent que la composition de ces boules vendues dans le commerce se révèle carrément toxique pour les oiseaux. Même si les mésanges en raffolent, les graisses animales (suif de bœuf et saindoux) dont elles sont constituées provoquent une forte baisse de la fertilité chez ces oiseaux.

Même si pratiquement aucun des autres sites consultés depuis ne fait mention de ce problème, je me suis empressée de jeter les boules achetées en début de saison. Les passereaux du jardin se satisferont bien de bonnes graines de tournesol !




dimanche 5 janvier 2020

Partage ma vie ...


... de myope, astigmate, presbyte, avec ce qu'il faut de strabisme, plus deux ou trois autres bricoles pour, encore un peu plus, pimenter le tout.
Faut croire qu'une fée s'est un peu emmêlé les baguettes au moment de ma naissance.
Mais bon, depuis le temps, je m'y suis fait.
Les lunettes font partie de ma vie depuis mes 7 ans. Du jour au lendemain, mon environnement est devenu plus net, j'ai été capable de reconnaître les gens à plus de deux mètres de distance, etc. Une révolution! Plus tard, je suis passée aux lentilles de contact, trop contente de me débarrasser de mes culs de bouteille. Mais avec l'âge, la presbytie, tout ça tout ça, je suis revenue aux lunettes.
Le problème, c'est que ma paire actuelle doit être changée. Et je déteste faire ça.
Le contrôle de la vue, insupportable! Je fais ce que je peux, je m'applique, mais au bout de deux minutes, le "c'est mieux ou moins bien, comme ça?", je n'en sais plus rien. Tout s'emmêle et se brouille. C'est à se demander comment il est possible que le gars réussisse à me prescrire quelque chose d'utilisable.
Et choisir la monture? Ce n'est pas beaucoup plus facile.
Je vais essayer d'y embarquer une ou deux de mes filles, ça devrait aider !
;)




semaine 1
 les 5 sens : la vue



jeudi 2 janvier 2020

En balade


Le point fort (et fort lumineux) du jour a été une balade en compagnie du Nini sur la montagne toute proche, histoire de sortir du brouillard et de prendre un bon bol d'air frais.


Ça ne se voit pas sur les photos, mais nous étions loin d'être les seuls à avoir eu cette bonne idée !
Comme il y a peu de neige, la petite route qui mène au sommet est ouverte et donc de (trop) nombreux véhicules tentent de se frayer un passage, se garent parfois n'importe où, n'importe comment, et provoquent des engorgements qui demandent patience et dextérité pour s'en extirper.
De façon égoïste, je préfère quand les conditions météo ne permettent pas cet afflux de gens, laissant la place aux seuls randonneurs capables de gravir en raquettes ou à ski les 700 mètres de dénivelé.




Mais l'avantage de la situation, c'est que le Nini et sa patte folle ont pu en profiter aussi. Lui se dépatouillant avec la voiture, moi terminant à pied, nous nous sommes retrouvés tout en haut pour marcher un peu et savourer.


Le temps était parfait, et comme tu peux en juger, la vue d'une beauté exceptionnelle jusqu'à la tombée de la nuit.
Il faut bien accepter de devoir la partager !


mercredi 1 janvier 2020

Bonne année !





Je voulais partager ici la première photo de 2020.
Mais voilà que mon téléphone refuse de recracher les images qu'il a englouti ces derniers jours.
Fichier vide, qu'il dit, alors qu'il est rempli ras la gueule.
Ben m... alors, moi qui souhaitais inverser la tendance et partager plus de choses ici, c'est bien parti.
Tant pis, en voici une autre qui date de la mi-décembre. 
C'est joli aussi :) 

Bonne et heureuse année 2020
à vous tous qui passez par ici !!!


mardi 31 décembre 2019

Dernier regard sur 2019



le plateau suisse sous le brouillard, les alpes, sa majesté le Mont Blanc, 31 décembre 2019


La vue de ma fenêtre prend des airs fantasmagoriques ces jours.
Pas de neige malheureusement, il faut aller la chercher un peu plus haut, mais un brouillard frisquet qui n'hésite pas à givrer tout ce qu'il recouvre.
2019 s'achève. Encore une année bien remplie même si je n'en ai pas partagé grand chose ici. Ce petit blog aura 10 ans dans quelques jours et jamais depuis ses débuts je n'avais aussi peu écrit dans cet espace.
Pour la nouvelle année, j'aimerais bien réussir à inverser la tendance.
Affaire à suivre...


mercredi 23 octobre 2019

Souvenirs de voyage


Les vacances sont terminées, les journées ont repris leur cours habituel.
Pendant ces deux semaines de relâche, beaucoup de temps passé avec les petits-enfants, de la lecture, des balades, mais pas de voyage.
En fait, si, mais de manière virtuelle, en revisitant les photos de l'été pour en faire un album.
J'aime bien faire les livres de photos numériques, mais ça me prend des plombes. Bien plus que les albums des tirages à coller du siècle dernier ! Si je décide de m'y mettre en soirée, le risque que j'y passe la moitié de la nuit est grand. Alors tu comprends que je programme ce genre d'activité en période de vacances. Choisir parmi les centaines de photos, retravailler un peu les cadrages, lumières, couleurs, etc.,  décider de la mise en page, c'est vraiment intéressant. C'est une manière de finaliser le processus créatif commencé lors de la prise de vue.
Et puis comme je le disais plus haut, cela me permet de repartir en voyage.

Comme ici, dans la grande et belle ville de Montréal...







Le Nini y a retrouvé un de ses chanteurs préférés. Il a écouté Suzanne  en admiration devant son portrait géant!





vendredi 11 octobre 2019

En vacances



Depuis une semaine déjà, c'est les vacances.
Une semaine de grillée sur les deux qui me sont accordées.



Les deux premières journées, je les ai passées assise sur un coussin en compagnie de mes amies du groupe de méditation. Deux jours à me regarder le nombril (c'est une image, hein), j'ai beaucoup apprécié !





La Loulou maîtresse du jardin d'enfants est en vacances mais la mamie n'en est que plus occupée puisque les trois jours suivants ont été consacrés aux petits-enfants.
Piscine, Lego, sorties place de jeu selon les envies ou la météo.
De bons moments !


Un jeudi matin à glandouiller, et son après-midi à se balader.
Ben oui, vacances ou non, les jeudistes ne perdent pas leurs bonnes habitudes (en tout cas pour 3 sur 6 d'entre elles). De la marche rapide pour s'aérer, se décrasser les jambes, et prendre des nouvelles des unes et des autres.


Et tu peux y croire ? Certains (certaines?) passent une de leurs précieuses matinées de congé à ranger et poutser leur maison.
Comme moi ce vendredi matin.


Mais cet après-midi, je suis allée me perdre dans la forêt.
Avant l'été, mes filles chéries m'ont offert un cours de photographie.
Un cadeau magnifique qui m'a appris à ne pas laisser l'appareil décider de tout mais à y mettre mon grain de sel.
Ouverture de diaphragme, vitesse d'obturateur, sensibilité iso, et autres réglages demandent du temps pour s'y familiariser et surtout pas mal d'entrainement.
J'ai beaucoup pratiqué au moment du cours, et presque plus depuis.
Il était plus que temps de s'y remettre !






jeudi 26 septembre 2019

Couture


Depuis quelques temps, ma machine à coudre se montrait capricieuse : difficultés avec la tension du fil, l’entrainement du tissu, et un bruit de moteur qui tenait plus de l'avion prêt à décoller que de la Bernina de base. Il faut dire qu'elle n'est plus toute jeune, cette machine. Je l'ai reçue il y a presque 30 ans et la pauvre n'a eu droit qu'à un seul petit service depuis. Alors je me suis décidée à l'apporter au magasin pour la faire réviser. C'était une bonne idée. Elle fonctionne à nouveau parfaitement!
J'ai donc repris les quelques travaux en attente.



des porte-monnaie pour les petits sous de Titou et Tilulu



 pour les mêmes, des poissons avaleurs de pyjamas

pour moi, une trousse de toilette petit format pour les excursions en montagne

un petit sac de toile pour Titou 
(il avait perdu celui fourni par la maîtresse, utilisé tous les mercredis pour les matinées 'classe en forêt')


Toutes ces réalisations ont donné des idées à mes petits-fils.
- C'est bien tout ça, mais ce qu'il faudrait vraiment coudre, c'est une peluche Mario chat* ! affirme Tilulu. Je peux la faire moi-même ?
- Et moi, un Luigi ! renchérit Titou.

*Les jeux vidéo en général et Mario en particulier sont leur nouvelle obsession!

Les p’tits gars ont dessiné les modèles et sont allés fouiller dans mes stocks de tissus.
Une découpe et une couture à l'arrache plus tard, voilà ce que ça a donné:




C'est pas ce qui est sorti de plus réussi et de plus joli mon l'atelier couture.
Mais ça m'a permis d'accéder, le temps d'un mercredi après-midi, au statut de la grand-mère la plus cool qu'on puisse imaginer (dixit Tilulu) !





dimanche 22 septembre 2019

Au jardin d'enfants


Quelle drôle d'idée de laisser autant de temps passer sans rien écrire ici.
Chaque jour augmente la difficulté d'y revenir.
Et puis il paraît que cela inquiète les amis. J'en suis désolée, vraiment.
Alors voici quelques nouvelles...

Au jardin d'enfants, 18 petits ont fait leur rentrée à la fin du mois dernier : 3 filles et 15 garçons.
Je crois que c'est la première fois que la parité est aussi peu respectée.
Mais depuis deux petits nouveaux sont arrivés, des filles !
Quelques pleurs les premières fois, et beaucoup de dynamisme la plupart de temps.
Je passe donc pas mal de temps à essayer de canaliser toute cette énergie et à mettre en place les règles de vie en classe. Mais j'aime bien, et comme chaque début d'année, j'adore apprendre à connaître (et à apprivoiser) tous ces petits.
Parmi mes élèves, il y en a deux que je connais spécialement bien puisqu'il s'agit de mes petits-fils Titou et Petit mammouth.
Le premier est le plus âgé de tous et vient le vendredi parce qu'il n'a pas école ce jour-là.
Pour Petit mammouth, c'est le mardi, à la place de la crèche.
C'est toujours un peu bizarre de cumuler les rôles, d'être à la fois leur grand-mère et leur enseignante.
Mais là aussi j'apprécie d'avoir ces rendez-vous avec eux et quand les élèves "standard" rentrent chez eux, on peut passer à autre chose.








 

jeudi 22 août 2019

La maison des petits lapins



Les vacances sont quasiment terminées.
Des chouettes vacances, un beau voyage, avec des découvertes, des péripéties, des choses qu'on n'attendaient pas à force d'en avoir tant rêvé d'autres, des paysages de forêts gigantesques et de fleuve qui se prend pour la mer, avec des marmottes, des écureuils, des baleines, des phoques, des bélugas, et comme dans tout inventaire, des ratons laveurs.
Je raconterai prochainement ici, sans doute.
Puis nous avons eu la maison en chantier, dedans comme dehors, avec des peintres qui n'ont pas ménagé leurs efforts pour redonner étanchéité et coup de frais à nos murs.
On espère juste que ça va être efficace et que ça va durer.
Il y a eu les journées enfants et petits-enfants aussi.
Des moments heureux, précieux, avec tout ce petit monde.
Et puis il a bien fallu que je pense à la rentrée et que je me remette tranquillement au travail.
J'y suis presque. Encore quelques préparations à fignoler, des achats à effectuer, des listes à réaliser.
Mais le plus gros du travail est fait pour l'accueil des familles demain pour les portes ouvertes et pour la vraie rentrée dès la semaine prochaine.
Même le ménage et les rangements de la maison des petits lapins ont été faits.
Un de mes petits plaisirs de maîtresse, même si je sais que ça ne durera pas plus de quelques secondes dès que les premières petites mains s'en approcheront.
C'est normal, et très bien comme ça!







mercredi 17 juillet 2019

Le rêve devenu réalité

Cela doit bien faire trente ans, peut-être plus, que j'ai cette envie, ce rêve de découverte.
Mais ce n'était jamais le bon moment : trop loin, trop cher, trop compliqué ...

Et puis cette année, c'est la bonne !
Avec le Nini, nous nous sommes envolés pour le Québec.


Nous y sommes accueillis par un couple d'amis chers. Ils ont été nos voisins il y a une vingtaine d'années et le lien n'a jamais été rompu.
Vivre la joie des retrouvailles, rien que cela valait le voyage !




dimanche 14 juillet 2019

Etoile des neiges



Depuis le temps que je vais me promener en montagne, je n'avais encore jamais eu la chance d'en trouver.
Il y en a bien eu de temps en temps en déco, en pot, autour des cabanes ou des restaurants d'altitude.
Mais en pleine nature, jamais.
Et cette année, malgré la saison encore bien peu avancée en montagne, ils étaient là.
Oh pas en grand nombre, juste deux ou trois.
Mais j'ai été toute réjouie de l'admirer et de le photographier pour la toute première fois, le bel edelweiss !


Projet 52 de Virginie
semaine 27
Végétal


Dans le sac à dos


En rando, tout ce dont on aura besoin doit tenir dans le sac à dos.
On évite le superflu, le trop lourd, mais il faut quand même prévoir l’indispensable : veste polaire, coupe-vent imperméable, gants, quelques vêtements de rechange, des affaires de toilette, un sac en tissu pour dormir au propre en cabane, de quoi soigner les petits ou grands bobos...
Cette fois-ci, on a adapté le parcours pour ne pas avoir à emporter crampons et piolets à glace.
Et bien évidemment, ne pas oublier de prendre suffisamment de boisson pour toute une journée et du ravitaillement pour le pique-nique et les petits creux/coups de mou !



Projet 52 de Virginie
semaine 26
Pique-nique

samedi 13 juillet 2019

Quatre jours


Comme l'année dernière, les vacances ont merveilleusement bien commencé.
On a pris les mêmes copines, les chaussures de marche, les sacs à dos, et on est reparties se promener quatre jours durant dans les alpes.
Du côté du Wildhorn cette fois-ci.
A cause de la neige tombée en abondance jusqu'en mai, il a fallu adapter le parcours.
Mais le trajet n'a pas été tout simple pour autant : traversées de névés, de lapié, de pierriers, d'éboulis...
Et pas mal de dénivelé bien entendu.
Cette année encore, j'ai A-DO-RE ! Tout !
Bon, une petite exception pour les nuits en dortoir dans les cabanes, pas reposantes du tout.
Mais le bonheur des journées passées à marcher dans la montagne vaut largement quelques heures de sommeil.
Quatre jours à ne se préoccuper que de soi, à ne penser qu'au meilleur endroit où poser le pied pour le pas suivant. 
Le plaisir de l'effort aussi, qui permet de s'élever, de progresser, de se sentir pleinement vivant.
Et la beauté grandiose du décor, on en parle ?
Quelques photos, c'est mieux !