lundi 30 mai 2016

Mon père



Quand je pense à mon père, je le revois tel un géant descendre le grand escalier de la maison avec deux, trois, voire quatre de ses enfants dans les bras ou accrochés à son dos.

Je me rappelle aussi qu'il me laissait lui sauter sur les genoux et jouer à la coiffeuse avec ses cheveux et le peigne qu'il avait toujours dans la poche arrière de son pantalon.

Quand je pense à mon père, je le revois à son établi, la loupe d'horloger fixée à l'aide d'un gros ressort sur le front ou sur l’œil.
Je pouvais le regarder travailler, parfois même jouer avec ses petits outils. Mais quand les mécanismes des montres étaient récalcitrants, il se mettait à taper du pied, puis tonnait avec des jurons qui me faisaient peur.

Je me souviens aussi que pour les demandes un peu spéciales, c'est à lui qu'il fallait s'adresser plutôt qu'à notre mère car on n'avait beaucoup plus de chance d'obtenir satisfaction. Les mauvaises notes dans le carnet à signer en fin de semaine passaient également beaucoup plus facilement avec lui !

Quand je pense à mon père, je me rappelle avec délice le petit privilège que j'avais vis à vis de lui parce que nous partagions le même jour anniversaire de notre naissance.

Quand je pense à mon père, il y a aussi beaucoup d'autres souvenirs nettement moins agréables qui me reviennent mais je n'ai pas envie d'en parler aujourd'hui.

Ce jour, cela fait précisément 30 ans que je suis orpheline de père.










12 commentaires:

  1. Bel hommage ! Ne garde que les bons souvenirs, les autres n'ont plus d'importance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis aussi de cet avis. Merci Alphonsine !

      Supprimer
  2. je dirai comme Alphonsine...
    bises, Loulou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi aussi Adrienne, bises !

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Quelques jolis souvenirs de ma toute petite enfance ...

      Supprimer
  4. Il était bien beau ton papa et semblait si solide. C'est très dur de perdre l'un de ses parents (nous sommes en train de perdre la maman de Gilles (qui a donné des instructions de silence sur son état)).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je pense bien à vous, à Gilles !
      Bises

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup cet hommage et cette évocation d'un papa...

    RépondreSupprimer
  6. Je ne lis ça que maintenant, et il fait écho à mon propre billet sur mon papa cet hiver. Mon papa toujours dans ma vie. Ton billet m’émeut face à cette absence de 30 ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai adoré lire l'article consacré à ton papa (mais ma tentative de commentaire a échoué comme ça arrive souvent :/ !
      Profite bien de Pouni !
      :o)

      Supprimer