hiver

hiver

jeudi 18 août 2016

Autoportrait






Faire son autoportrait à la manière d'Edouard Levé, c'est ce que nous propose Adrienne.

A mon tour de jouer :

Adolescente, je voyageais dans les livres sans avoir presque jamais quitté ma ville ni être jamais partie en vacances. Pendant des heures, je me suis inventé une autre maison, une famille bien différente de la mienne. J'aime regarder tout autour de moi. Je connais une personne qui ne semble s'intéresser qu'aux maladies, aux situations tragiques, et aux cas désespérés qu'elle voit partout autour d'elle, tout ça avec délectation. La fin d'un voyage arrive souvent bien trop vite. Je me souviens de détails minuscules et oublie d'autres choses bien plus importantes. Je n'aimerais pas avoir parlé avec quelqu'un qui a tué une autre personne. J'ai habité dans une impasse sans voitures ce qui laissait à nous les gosses la rue pour jouer. J'aimerais bien que le tunnel de lumière qui se présente au bout de la vie existe vraiment. Je suis souvent celle qui écoute et qu'on n'entend pas quand elle ouvre la bouche. Je ne me connais pas de surnom autre que celui que me donnait ma maman. Je perds tous mes moyens quand on m'agresse verbalement. J'entasse les choses plus que je ne les archive. Je suis bien trop timide pour oser adresser la parole à une célébrité. La compétition me stresse et je déteste ça. Décrire ma vie ne me semble pas présenter beaucoup d'intérêt et pourtant je le fais plusieurs fois par semaine ici. Je crains de perdre complétement la boule en vieillissant et d'être une charge pour mes enfants. Assise jambes nues sur du skaï, je transpire et ça colle très désagréablement. Je ne m'aime pas, ou si peu ! J'oublie de ne pas oublier. Je ne crois pas que Satan existe. Mon casier judiciaire est vierge. J'aime toutes les saisons, avec un petit plus pour l'hiver quand il y a de la neige. Seule, je ne m'ennuie jamais mais ça peut m'arriver en société. J'arpente ma campagne et j'aime manger au restaurant. En matière de nourriture, je préfère le salé au sucré,  et je n'ai presque plus mangé de viande ou de poisson depuis 8 mois. Avoir un frigidaire vide ne m'angoisse plus comme c'était le cas par le passé. J'aime bien la bière et le vin, fume une cigarette en cachette de temps en temps, mais je peux me passer de tout ça facilement. Dans un pays étranger, je crains de faire des impairs et n'ose pas facilement parler dans une autre langue que la mienne.


Voilà, c'est fait !
Qui est tenté par l'exercice ?




Et en bonus une photo qui n'a rien à voir avec la choucroute.
Mais quand même, c'est bôôô !!!



4 commentaires:

  1. Bel exercice. Beau et très touchant à la fois...

    RépondreSupprimer
  2. oui c'est beau, le texte et la photo :-)
    (s'ennuyer parfois en société, c'est vrai, j'aurais pu ajouter ça aussi à nos déjà nombreux points communs :-))
    merci d'avoir joué!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Adrienne !
      Oui pas mal de points communs, avec parfois une autre façon de les exprimer.
      J'ai bien aimé jouer !

      Supprimer