hiver

hiver

vendredi 14 novembre 2014

Les risques du métier



Aujourd'hui, j'ai vécu une première.
Une première dont je me serais bien passée.
A la fin d'une matinée tout à fait banale, j'ai reçu une bonne claque (une vraie !) d'une de mes petites élèves !!!
:(

Mais rembobinons le film et voyons l'histoire depuis le début...

La semaine dernière, une nouvelle petite élève a rejoint le groupe du vendredi matin.
Une petite fille de trois ans, toute timide.
La petite ne parle pas le français mais le comprend un peu parce que son papa est romand.
Elle comprend aussi l'allemand, parce que c'est la langue de communication des parents entre eux.
Mais la langue qu'elle maîtrise, celle qu'elle parle à la maison avec sa maman, c'est le hongrois.
Ses parents ont voulu l'inscrire au jardin d'enfants pour qu'elle apprenne le français et surtout pour qu'elle ait un contact social car la famille vit dans une maison tout à fait isolée et mère et fille vivent en vase clos la plupart du temps sans jamais voir personne.
La première matinée s'est très bien passée. Bon la petiote était toute timide, a beaucoup observé, mais a apprécié cette première expérience. J'ai eu droit à un appel enthousiaste du papa pour me le dire. Il semblait vraiment soulagé que tout se soit bien passé pour sa petite fille.
Ce matin, la petite est revenue toute souriante et contente. La matinée aurait pu être parfaite si ce n'est qu'à deux reprises, alors que rien ne le laissait prévoir, l'enfant a éclaté en sanglot, avec une telle véhémence que les autres petits en ont été tout effrayés. Mais les crises n'ont pas duré, j'ai chaque fois réussi rapidement à la calmer. Ça s'est sérieusement gâté lorsque la maman est revenue la chercher à la fin de la matinée. La petiote qui avait été très sage et tranquille toute la matinée (en dehors de ses crises de larmes) s'est transformée en en véritable petit démon. Elle s'est mise à jeter tout ce qui était à  sa portée, à pousser violemment les enfants encore présents, et, lorsque je me suis mise à sa hauteur pour lui parler, c'est là qu'elle a levé la main pour me  mettre une grosse claque bien sentie !
J'en ai été un peu déstabilisée l'espace d'une seconde, mais pas plus que ça. J'avais affaire à une petite fille de trois ans et même si on ne peut pas la laisser agir ainsi, il s'agit surtout de comprendre ce qui se passe. Ce qui m'a le plus interpellée, c'est la réponse de la maman. Elle était bien sûre gênée de la réaction de sa fille mais visiblement, d'après ce que j'ai pu comprendre (mon allemand est plutôt rouillé et mon hongrois, heu, inexistant !), ces réactions sont courantes à la maison.
Je ne comprends pas trop ce qui se joue là-derrière, mais la sensation de malaise est tangible.

 Affaire à suivre ...

10 commentaires:

  1. ah!
    (moi être perplexe)
    faudrait peut-être en parler avec le papa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui en effet !
      Surtout que la communication sera plus aisée en français !

      Supprimer
  2. bou, effectivement ça fait se poser des questions !! j'espère que tu aura des réponses à ton malaise...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cette petite m'intrigue. J'espère que j'arriverai à comprendre et à l'aider.

      Supprimer
  3. p'tit bout chou déjà pleine de colère et d'angoisse, comprendre ce qui se joue, c'est bien difficile, espérons que l'apprentissage du français va l'aider à mettre des mots sur ses maux. Bon courage à toi mais à elle aussi
    B

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La difficulté à communiquer n'aide pas, certainement.
      J'espère la revoir la semaine prochaine pour apprendre à mieux la connaître et agir au mieux dans son intérêt.

      Supprimer
  4. Oh Oh ! c'est peut-être pour cela que le papa était content de la première journée, parce qu'elle ne t'avait pas montrer son caractère et ses manières ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je me suis dit ça aussi, qu'à la maison tout ne devait pas être facile.

      Supprimer