hiver

hiver

jeudi 28 mars 2013

Merci



Les mots de soutien, la gentillesse, et la compassion dont vous m'avez fait cadeau suite à mon dernier message ont été des plus précieux pour moi.
Ils ont été comme un baume bienfaisant sur mon cœur meurtri.
J'émerge lentement, après une dizaine de jours de grande tension, avec l'impression d'avoir porté des sacs de plomb sur mon dos.
Et donc avec les courbatures qui vont avec !
Mais progressivement le poids s'allège.
Et votre présence bienveillante , là derrière l'écran, y a bien contribué.

Du fond du cœur, merci les amis !

10 commentaires:

  1. oui, c'est tout à fait ça, l'impression d'avoir porté le monde sur le dos, comme un saint Christophe ;-)
    c'est déjà bien, d'avoir passé ce premier cap de la douleur
    tu vas bientôt voir ton petit-fils, non?
    j'espère pour toi (et pour lui! ) que ce voyage se fera
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Adrienne,pour tes mots et les bises :) !

      Supprimer
  2. Il n'y a pas d'âge pour devenir orphelin quand on aime.... Toutes mes pensées les plus douces...

    RépondreSupprimer
  3. J'ai pensé à toi tous les jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Anne, ton amitié et tes douces pensées sont précieuses !

      Supprimer
  4. Oh je découvre seulement tous tes messages et m'en veux de n'être passée plutôt:-(

    Je te laisse quand même quelques pensées que tu trouveras à ton retour, ou avant si ton p'tit bonhomme t'en laisse le temps. Profite, c'est la vie :-)

    Grosses bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est la vie !
      Avec ses hauts et ses bas, comme tu es bien placée pour le savoir. Moi aussi je pense bien à toi.
      Bisous Sosso !

      Supprimer
  5. Le train de la vie

    La vie est comme un voyage dans un train : on monte et on descend, il y a des accidents, à certains arrêts il y a des surprises et à d’autres arrêts il y a une profonde tristesse.

    Quand on naît et qu’on monte dans le train, nous rencontrons des personnes et nous croyons qu’elles resteront avec nous pendant tout le voyage : ce sont nos parents. Malheureusement, la vérité est toute autre. Eux, ils descendent dans une gare et ils nous laissent sans leur amour, leur affection et leur compagnie.

    En tous cas, il y a d’autres personnes qui montent dans le train et qui seront pour nous très importantes. Ce sont nos frères, nos sœurs, nos amis et tous ceux que nous aimons.
    Certains considèrent le voyage comme une petite promenade. D’autres ne trouvent que la tristesse pendant leur voyage. Il y a des personnes toujours présentes et toujours prêtes à aider ceux qui en ont besoin. Certains, quand ils descendent, laissent une nostalgie pour toujours. D’autres montent et descendent tout de suite et nous avons juste le temps de les croiser.

    Nous sommes surpris que certains passagers que nous aimons s’asseyent dans un autre wagon et nous laissent voyager seuls pendant ce temps. Naturellement, personne ne peut nous empêcher de les chercher dans le train. Parfois, nous ne pouvons nous asseoir à côté d’eux car la place est déjà prise. Ce n’est pas grave, le voyage est comme ça : plein de défis, de rêves, d’espoirs, d’adieux….

    Essayons de faire le voyage de la meilleure façon possible. Essayons de comprendre nos voisins de voyage et cherchons le meilleur de chacun d’entre eux. Rappelons-nous qu’à chaque moment du voyage, un de nos compagnons peut vaciller et avoir besoin de nous. Nous aussi, nous pouvons vaciller et il y aura sans doute quelqu’un pour nous comprendre.

    Le grand mystère du voyage, c’est que nous ne savons pas quand nous descendrons du train pour toujours. Nous ne savons pas non plus quand nos compagnons de voyage feront la même chose, même pas celui qui est assis juste à côté de nous. Moi, je pense que je serai triste de quitter le train…
    La séparation d’avec tous les amis que j’ai rencontrés dans le train sera douloureuse, laisser mes proches sera très triste. Mais je suis sûr qu’un jour ou l’autre, j’arriverai à la gare centrale et je les reverrai tous arriver avec un bagage qu’ils n’avaient pas quand ils sont montés dans le train. Par contre, je serai heureux d’avoir contribué à augmenter et enrichir leur bagage.

    Nous tous, faisons notre possible pour faire un bon voyage et essayons de laisser un bon souvenir au moment où nous descendrons du train. A tous ceux qui font partie du train de ta maman, je souhaite un bon voyage
    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Brigitte !
      C'est beau, cette métaphore voyageuse, elle me plaît.
      Pour moi, le voyage se poursuit, et j'aime bien ça, voyager !

      Supprimer